26 ans à cœur ouvert

By 0 No tags Permalink

2020 a été une année dure à bien des égards : Bonjour tantine Corona
Je suis Tendresse Dave et ceci est le résumé du journal intime d’une meuf un peu claquée, juste une petite partie.


La première fois que j’ai couché des écrits en grande quantité dans un agenda au point de le remplir c’est parce que j’étais éperdument amoureuse de Sam, qui s’appelait en réalité Fortuné et que j’appelais en réalité Tuné, mon amour de jeunesse, j’avais 16 ans je crois. J’ai presque cessé d’écrire pour les mêmes raisons mais comment le dire…….contraire, quand j’ai eu mon plus grand choc love, j’avais 24 ans je crois.


J’ai traversé depuis le temps beaucoup de choses aussi bonnes que mauvaises et le constat est le même je m’étouffe (pas à cause de cette satané angine) mais parce que le monde tombe en ruine.
Merde, mais de quoi je parle ?
Plus sérieusement, j’ai eu 26 ans le 29 décembre dernier et j’ai été amenée à reconsidérer certaines choses ou certaines évidences.
Je m’aime avant tout et je me choisis toujours
S’il y a bien une chose apprise après ces 2 épisodes de goumin, c’est que choisir l’autre complètement est toujours une perspective à prendre avec des pincettes. L’autre est l’enfer disait ce philosophe dont le nom m’échappe.


L’égoïsme est égoïste, c’est un mot qui ne devrait pas exister, il sert toujours la personne qui l’emploi, il culpabilise toujours celle contre qui, c’est dirigé. J’ai cessé de culpabiliser d’être égoïste, de ne pas être la norme, de sortir des sentiers battus, en gros je me choisis, petit spoil, j’écris ce texte depuis très longtemps, la preuve j’avais encore une angine en l’écrivant.
27 ans en devenir et l’une des choses qui m’a frappée c’est de réaliser ou de me rendre compte que je me découvre toujours et cette quête de soi a l’air de seulement commencer. Les aînés m’ont dit que ce n’est pas encore finit, j’ai peur et je tremble. J’ai célébré il y a quelques mois mes 26 ans (autour des personnes qui comptent pour moi, j’ai eu un anniversaire surprise comme dans les films, non en fait mieux que ce qu’on montre dans les films, guys non je vais seulement vous mettre le montage qu’ils ont fait. Profonde je suis, comme personne, il n’y a qu’à checker mes délires musicaux.

Ils ont forcé mes larmes mais je ne pleure que sur du Bolton, principalement Said I loved You but I lied

J’accepte et embrasse toutes mes dérives, j’accepte les évidences, je m’autorise à peu près tout : lâcher prise, glander, ne pas avoir envie et surtout je me respecte, honnêtement le respect que j’accorde à ma personne est grandissant jour après jour et c’est pour mon plus grand bonheur, je n’autorise pas autrui à froisser mon amour propre, je suis devenue très active, j’étais pourtant très passive avant.


Je me suis séparée de beaucoup de gens, (remarque les gens qui font partie de ma vie se comptent du bout des doigts, que cherches tu Tendresse ?), en réalité certaines relations, certaines amitiés ne valent plus la peine d’être vécues, nous les gardons au nom des habitudes, du politiquement correct, comment mettre fin à une amitié de 10 ans sans raison valable ? comment s’expliquer face à soi, un fossé de plus de 2m à l’égard d’un ami qui ne nous a rien fait ? Société qui es-tu ?
Je vous l’ai dit, je me choisis toujours, dans la plupart des cas, et lorsqu’une amitié t’empêche de respirer, lorsque ton sourire devient faux, lorsque la présence de l’autre est à peine supportable, please people, leave. Un petit bonjour de temps à autre en route ne vous tuera pas, je l’ai fait je me sens légère et libre.


Comme à mon habitude je me perds souvent ces derniers temps et comme là je commence à avoir l’impression de tourner en rond, je vais m’arrêter même si un grand écrivain, mon ami Ritchel, a dit que l’écriture prend son sens des fois quand elle ne raconte rien, je paraphrase.
J’embrasse 2021 avec les mêmes incertitudes, les mêmes certitudes, aucun plan à l’horizon, je vis comme le petit papillon qui vient de se poser sur ma cuisse. Sur ce……… bah je ne sais pas comment conclure, allez bye.

No Comments Yet.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :